Le C4674 se décline en quatre zones distinctes. Une zone d’attente créée entre les trois zones subséquentes offre un banc intégré dans les interstices des planches.
Dans la zone douche, quelques tablettes sont apposées selon le même principe que le banc extérieur, dans le but d’offrir aux usagers un support temporaire pour leurs effets personnels. Cet espace ne comprend pas de porte, mais comme les cloisons sont disposées en quinconce, il offre tout de même un minimum d’intimité dans cet environnement naturel.
De son côté, la zone cabinet est munie d’une porte dans le même esprit que les murs formant la structure et se referme en s’intercalant entre les planches de la cloison la bordant. Un espace à l’arrière comportant un petit évier et un plan de travail offre aux campeurs la possibilité de laver quelques outils de cuisine ou encore des vêtements.
Le toit se compose d’une membrane photovoltaïque permettant d’acheminer l’énergie recueillie dans un batterie sous-terraine qui aurait servie à faire fonctionner la pompe pour desservir l’eau ainsi que le chauffe-eau. Les eaux grises sont quant à elles évacuées vers un filtre à coco pour une empreinte écologique minimale. Le toit comporte aussi la seconde fonction d’acheminer les eaux de pluie dans un réservoir souterrain, jumelé à la pompe et combiné à un puits souterrain pour assurer l’alimentation d’eau nécessaire.
Cet abri offre des services de base aux campeurs et peut rester en place durant la période hivernale. Le tube recueillant l’eau de pluie est téléscopique, ce qui permet d’inverser l’inclinaison de la toile en hiver pour évacuer la neige qui s’y accumule. Cette unité d’appoint est donc toute désignée, proposant une communion avec la nature sans pareil.

Découvrez également...

Back to Top