Dessiné sur une division de l’icosaèdre de fréquence 3, le prototype final a été composé de tubes de carton, de connecteurs en polyuréthane et de câbles d’acier. Les câbles et les tubes illustruent les contraintes en compressions et en tractions présentes dans une structure typique de dôme.  Les connecteurs étaient au centre de la construction, dictant les nuances géométriques entres les segments.  Trois types de connecteurs furent nécessaires et leur processus de conception et de fabrication est ici illustré.
Le design du connecteur devait prendre en compte les potentiels de notre CNC trois axes et a donc été conçu simultanément au moule-mère. Les trois types de connecteurs comportaient chacun une série d’angles nécessaires à la courbure du dôme.  Puis afin de faciliter l’assemblage, un système d’identification a été apposé sur chacune des branches des connecteurs.
La réalisation du moulage s’est faite en plusieurs étapes. Un coffrage a d’abord été installé autour du moule-mère et une couche de gomme-laque est venue sceller les pores du bois. Six couches de silicone ont ensuite été appliquées au pinceau sur le moule-mère, entrecoupées de périodes de séchage d’environ 3 heures chacune.  
Une fois le moule de silicone complété, du plâtre fût coulé pour créer les chapes. Ces dernières, renforcées à l’aide de filasse, ont alors créé un bloc de plâtre solide se mariant parfaitement au moule en silicone, le maintenant solidement en place.
Les deux parties du moule étaient enduites d’un agent démoulant et ensuite refermées l’une sur l’autre. Afin d’assurer l’étanchéité du moule, des sangles de caoutchouc ainsi que des serres ont été apposées sur son pourtour. Le polyuréthane liquide à couler résultait d’un mélange homogène d’un catalyseur et d’une base. 
Une fois les deux composantes mélangées, un court délai de sept minutes était alloué avant que la réaction ne commence. Le temps de cuisson était de quarante minutes.  Un à un, soixante et un connecteurs ont été coulés pour réaliser le prototype final présenté. 
L’exposition qui a pris place dans le Centre de Design de l’Université du Québec à Montréal est l’aboutissement des recherches de Carlo Carbone, Réjean Legault et de l’auteure Cammie McAtee. Le processus de création du dôme ainsi que les maquettes réalisées font partie du livre Montréal et le Rêve Géodésique, de cette dernière. Son ouvrage a été publié le 8 décembre 2017 et relate les recherches et travaux de Jeffrey Lindsay ainsi que de Richard Buckminster Fuller, tout comme l’exposition, ici imagée.
Plusieurs invités spéciaux ont pu admirer les oeuvres et les archives présentées, de même que des milliers d’autres visiteurs ayant déambulé dans cette galerie.
La maquette du Double Dôme démontrant la structure de l’actuelle Biosphère à Montréal, comporte des connecteurs imprimés en trois dimensions à la suite d’une conception assistée par ordinateur alors que les autres maquettes ont été réalisées entièrement à la main. Ces modèles à l’échelle 1:10 illustrent les différentes stratégies développées par l’équipe Lindsay et Fuller au courant de leurs carrières.


Photo © Justin Lapointe

Photo © Daniel Demay

Photo © Daniel Demay

Photo © David Allard-Martin

Photo © Justin Lapointe

Photo © Justin Lapointe

Photo © Justin Lapointe

Photo © Justin Lapointe

Découvrez également...

Back to Top