Comme le concept mise sur les espaces communs et la collectivité au sein du bâtiment, les espaces des chambres ont été réduits au minimum pour offrir un parcours spatial intéressant qualifié par du mobilier intégré. Ces espaces disposés sur le parcours des usagers comportent des postes de travail et de détente installés en direction d’axes de vue intéressants de l’environnement enveloppant le cube.
Les chambres se présentent donc comme des cabines privées offrant aux usagers de l’auberge un espace de repos et de répit alimentant leur envie à vouloir se retrouver dans les espaces communs et dans la nature. Les plafonds sont en retrait par rapport aux étages les surplombant et sont composés d’une membrane translucide permettant à la bande lumineuse traversant le bâtiment d’acheminer la lumière naturelle dans chaque chambre et donc d’informer les occupants de l’heure de la journée. 
Le toit-terrasse ainsi que l’espace collectif du rez-de-chaussé entièrement vitré par des panneaux mobiles s’ouvrant vers l’extérieur, ont été créés dans l’objectif de favoriser la communion des visiteurs avec la nature. Ces aménagements offrent des vues panoramiques de l’environnement imminent du construit. Cet espace collectif, une fois ouvert, donne un accès direct au ruisseau, élément saillant du paysage. 
Comme les escaliers parcourant les différents niveaux ne se superposent en aucun cas, ils offrent donc une vue et un éclairage époustouflants lorsque les gens y déambuleraient. Le parcours spatial imite en quelque sorte l’ascension dans un arbre en pleine nature. La matérialité de l’enveloppe extérieure se compose de planches de bois verticales dont certaines ont été retirées pour créer un rythme et générer des tranches de vues et de lumières dans le parcours et les pièces du domaine privé. Le B4674 se veut avant tout un espace de ressourcement et recherche en nature offrant une expérience augmentée de l’auberge traditionnelle.

Découvrez également...

Back to Top